Accueil / L'histoire de WellO2

L'histoire de WellO2

Aulis Kärkkäinen, comment l’aventure a-t-elle commencé ?

Celle-ci a véritablement commencé avant même ma naissance.

Je l’ai reçu en héritage de mes ancêtres : une respiration sifflante et un souffle court se glissaient dans mon lit, notamment pendant les heures les plus sombres des nuits hivernales. J’avais peur de suffoquer. C’est pour cela que le souvenir le plus prégnant de mon enfance est lié à la respiration.

À cette époque, dans les années 50, certains disaient que les personnes atteintes de maladies pulmonaires pouvaient finir dans un sanatorium. Je ne voulais en aucun cas quitter la maison, alors je faisais de mon mieux pour taire mes problèmes de respiration. C’est pour cela que je n’ai pas été diagnostiqué. Et les conditions de vie de l’époque m’ont également appris à m’adapter à cette respiration sifflante et à d’autres indispositions légères.

Pour autant, j’étais étonné en participant à des compétitions de ski. J’arrivais à partir rapidement, mais dès le début, je sentais que je manquais d’oxygène. Alors je me suis fait à l’idée que je n’étais pas très athlétique. C’est pour cela que j’ai préféré déployer mon énergie à penser aux besoins des autres et aux solutions qui leur seraient utiles.

J’ai terminé l’école élémentaire et me suis très vite investi dans la vie active. Un travail physique difficile, parfois trop difficile, a aidé mes voies respiratoires à rester ouvertes, même si elles sifflaient parfois un peu. Aujourd’hui, je pense que le fait d’avoir travaillé dur m’a sauvé et empêché de suffoquer à cause de trop de mucus et  de morve. Après tout, j’ai été une véritable usine à mucus toute ma vie.

Quand ma carrière professionnelle est passée d’un travail manuel à un travail plus intellectuel, mon mécanisme de défenses immunitaires a cessé de faire son travail et des problèmes de respiration ont commencé à prendre forme.

Au début des années 2000, les défis que présentaient la gestion d’une entreprise ont aggravé mes problèmes de respiration et mon corps s’est rebellé. J’avais des crampes, ce qui aggravait les insomnies et l’arythmie cardiaque.

Je ne me suis pas laissé abattre et, au contraire, j'ai toujours cherché à trouver des solutions. Je suis devenu un fan de sauna car, étant enfant, j’avais remarqué qu’il était plus facile de respirer dans un sauna. J’ai réalisé que la vapeur et l’humidité avaient une incidence sur ma respiration. Par la suite, alors que je cherchais de l’aide pour résoudre mes problèmes respiratoires auprès d’un centre médical, une infirmière expérimentée me donna un flacon de médicaments vide et un morceau de tube et me demanda de souffler dans la bouteille.

J’ai découvert que cela soulageait mes sifflements. Étant doué pour résoudre les problèmes, j’ai commencé à m’intéresser de plus près à cette expérience et j’ai combiné deux choses. Je me suis rendu compte qu’une pression expiratoire positive pouvait ouvrir les voies respiratoires, et permettre à la vapeur de descendre très profondément dans la zone posant problème. Pour être efficace, l’inhalation de vapeur devrait être améliorée. Tout ce que j’avais à faire était de concevoir un appareil qui pourrait combiner ces deux  solutions et les faire marcher ensemble.

J’ai fabriqué le premier prototype rudimentaire de mes propres mains, et juste après ce premier essai, j’ai su que j’étais sur la bonne voie. J’ai eu la conviction que l’idée pouvait marcher après les premiers tests réalisés sur le premier prototype.

J’ai mis sur pied une équipe et, ensemble, nous avons développé le prototype adapté. Nous l’avons défini comme étant un appareil de thérapie respiratoire et lui avons donné le nom de WellO2.

Le chemin qui mène une idée à l’innovation commerciale est souvent très long. Nous avons dû régler de nombreux problèmes de conception et de fabrication avant de pouvoir proposer le produit aux clients. WellO2 est désormais prêt. Il a été homologué et les ventes ont débuté dans les pharmacies finlandaises entre octobre et novembre 2016.

J’utilise mon propre WellO2 depuis plus de 10 ans, tous les matins et tous les soirs pendant quelques minutes.

Mes poumons fonctionnent mieux que jamais, et les crampes et arythmies qui étaient devenues pour moi quelque chose de normal se sont également réduites. Cette voix, perdue depuis longtemps lorsque je voulais chanter, s’est éclaircie et les problèmes de sommeil se sont atténués.

Je continue à réagir de manière très sensible aux substances irritantes, tels que les fleurs, les parfums, les textiles, les polluants atmosphériques. Il n’est pas toujours possible de prévoir les expositions éventuelles, si bien que je fais encore occasionnellement l’expérience d’une respiration sifflante et d’un souffle court (dyspnée). Dans pareils cas, les valeurs d’expiration peuvent chuter de 20 à 50 %. À la maison, j’utilise WellO2 pour remédier à la situation. Je souffle dans l’appareil en pratiquant une longue, douce expiration d’environ 10 à 15 secondes. Et ensuite, je remplis calmement mes poumons de vapeur chaude grâce à l’appareil qui mélange l’air de remplacement via une ouverture séparée. Après chaque séquence de souffle/aspiration, je respire parfois librement avant de reprendre. En répétant l’exercice, je trouve que ma capacité respiratoire commence à s’améliorer, alors je recommence 5 à 10 fois. Après 5 à 10 inspirations et expirations, mes valeurs respiratoires reviennent presque à la normale.

À force de pratiquer, j’ai fini par définir une cadence utilisation quotidienne de l’appareil :

- le matin, après une longue nuit, j’ouvre ma respiration avec WellO2 en répétant la séquence 5 à 10 fois (je le fais en attendant que le café du matin soit prêt).

- le soir, je procède de la même façon, et si je vais faire du jogging, j’ouvre mes voies respiratoires au moment de partir, et ma respiration s’améliore nettement.

- si je me réveille la nuit avec le souffle court, je fais un exercice avec WellO2 qui stoppe généralement l’usine à mucus et apaise la situation.

C’est ce que j’appelle la thérapie respiratoire WellO2. Je répète cette séquence tous les matins et tous les soirs, et plus si cela est nécessaire. Si je compare à l’époque où WellO2 n’existait pas, mes poumons restent propres. Le mucus ne s’accumule plus dans les poumons et je peux respirer sans difficulté.

À présent, les valeurs de fonction pulmonaire évaluées par un spiromètre sont d’environ 10 % supérieures à la valeur obtenue au début des années 90. Le résultat est 1,4 fois supérieur à la moyenne des personnes en bonne santé de mon âge.

L’histoire de WellO2 se poursuit à présent sous la houlette de Hapella, une entreprise qui  s’intéresse à la technologie au service du bien-être. La société a développé le prototype sous la forme d’un produit commercial unique, un appareil de thérapie respiratoire qui a tout d’abord été lancé sur le marché domestique, en Finlande.

Je recommande WellO2 à tous ceux qui souhaitent renforcer leurs voies respiratoires et améliorer leur bien-être, ainsi qu’apporter de la vitalité à leur corps tout entier et à leur qualité de vie. Je suis également convaincu que l’appareil peut être bénéfique aux personnes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent se maintenir en forme par le biais d’exercices, et ce parce que la thérapie respiratoire peut influencer le bien-être de chacun, même en étant simplement assis à la table de la cuisine.

Les avantages de WellO2 pour votre corps :

- bien-être respiratoire et amélioration de votre respiration

- renforcement des muscles respiratoires

- respiration plus efficace ou plus légère

- humidification des voies respiratoires et réduction des irritations

- meilleure efficacité et performance au quotidien

- amélioration générale du bien-être et de la vitalité

- mobilité renforcée de la paroi thoracique

- réduction du stress grâce à un entraînement respiratoire

- amélioration de la qualité du sommeil


Aulis Kärkkäinen

Entrepreneur, inventeur

Kiuruvesi, Finlande